P2N – Mais qui sont les festivaliers ?

Il y a quelques semaines, je vous parlais de la programmation de la prochaine édition des Papillons de Nuit. Vous le savez sans doute, ça n’est pas la première fois que je pose le pied sur le sol de Saint-Laurent-de-Cuves pour profiter d’un week-end festif et musical. Ma curiosité grandissante, j’ai eu envie d’en savoir plus sur l’envers du décor, mais aussi sur vous, festivaliers et « papillons de nuit » à vos heures perdues. Car les P2N ne semblent pas être un festival comme les autres, si on en croit son administrateur Pierre-Olivier Madelaine.

LCC : Même s’il n’est  plus à présenter à l’aube de la 17ème édition, comment décririez-vous les Papillons de Nuit en quelques mots ?

POM : Papillons de Nuit est avant tout une formidable aventure humaine, avec plus de 1 300 bénévoles et 70 000 festivaliers accueillis chaque année dans un village de 485 habitants au coeur du bocage normand (ce qui en fait le plus grand évenement de France dans le plus petit lieu !). Malgré cela, P2N reste un festival à taille humaine, avec une ambiance familiale et une convivialité largement appréciées et reconnues, tout comme son esprit associatif et indépendant.


Vous avez, pour l’édition 2017, mis en avant un bel hommage au Monterey Pop Festival de 1967. Qu’est-ce qui vous unit avec cet événement musical qui a eu lieu aux Etats-Unis il y a 50 ans ?

Monterey est le premier véritable festival de musiques actuelles, mélangeant les genres musicaux et les publics, les nationalités et les artistes de tous horizons. Précurseur de nos festivals d’aujourd’hui, il marque également le début du Summer of Love et de tout un pan célèbre de notre histoire musicale. Nous avons voulu lui rendre hommage en célèbrant cet esprit de liberté, le plaisir de se retrouver ensemble autour d’un concert. En 2017, P2N symbolise cet héritage, alors que les festivals sont peut-être le dernier endroit où une seule communauté, unie autour de la musique, se rassemble au-delà des préjugés.


Le festival réunit chaque année de plus en plus de festivaliers, venus de Normandie et d’ailleurs. Vous avez d’ailleurs créé depuis peu le Club P2N pour les inconditionnels. Mais qui sont les festivaliers des Papillons de Nuit ?

Les festivaliers de Papillons de Nuit sont principalement originaires de Normandie et des régions limitrophes (Bretagne et Pays de la Loire) mais nous accueillons également de plus en plus de Parisiens – preuve que le festival est capable de rassembler au-delà du Grand Ouest. Ce sont des jeunes de moins de 30 ans pour la plupart, même si le public familial est toujours plus nombreux (nous accueillons par exemple près de 2 000 enfants de moins de 12 ans chaque année). Le public de P2N est attaché à l’histoire et à l’identité du festival, à son site atypique en forme d’amphithéâtre naturel qui permet à chacun de profiter des concerts dans les meilleures conditions possibles.


La programmation des P2N parle à toutes les sensibilités artistiques, et c’est une ligne qu’on retrouve maintenant à chaque nouvelle édition. Pourquoi est-ce si important pour vous de varier le contenu ?

Depuis le début du festival nous nous évertuons à respecter une ligne artistique simple : 1/3 de têtes d’affiche, 1/3 de middle-names et de révélations, 1/3 de découvertes et d’artistes régionaux, dans tous les styles musicaux. P2N essaie de représenter la diversité musicale en programmant aussi bien du rock que de la chanson, du reggae, du hip hop, de l’electro, etc. Il est très important pour nous de mettre en avant les artistes de talent, qu’ils soient connus ou en développement, étrangers ou originaires de Normandie. La scène locale est d’ailleurs très bien valorisée puisque nous programmons cette année 8 groupes locaux (sur 35 concerts).


Quels sont les « plus » du festival ? Ce qui marque sa différence ?

Papillons de Nuit est d’abord un festival accessible au plus grand nombre, avec des tarifs raisonnables compte-tenu de l’inflation des coûts artistiques et techniques. C’est cette accessibilité qui en fait un événement populaire et apprécié du grand public, aussi bien des jeunes que des familles. Nous mettons également l’accent sur l’accueil des personnes en situation de handicap, avec une équipe de bénévoles dédiée, un parking réservé au plus près du site et une plate-forme couverte face aux deux scènes prinicpales. En termes de programmation, les trois scènes permettent au public d’avoir toujours une alternative musicale entre les têtes d’affiche et les découvertes, avec une grande variété musicale. Cette année, une 4ème scène entièrement réservée aux groupes locaux fait son apparition dans le bourg de Saint-Laurent-de-Cuves, pour des concerts en journée. Enfin, l’aspect digital est également au coeur de notre développement puisque P2N a été le premier festival français à proposer le paiement dématérialisé dès 2015 avec un système de bracelets à puce.


Des conseils pour bien préparer son week-end à Saint-Laurent-de-Cuves ?

Arriver tôt le vendredi pour éviter les embouteillages et prendre le temps de s’installer tranquillement au camping (gratuit pour tous les festivaliers !), de découvrir Saint-Laurent-de-Cuves et son bar « Le Papillon », de profiter des premiers concerts dès l’ouverture du site. Et surtout prévoir de la crème solaire, il faut toujours beau à Papillons de Nuit !

À très vite !

Kit de survie pour festivaliers 😉
Un concours vous attend sur la page Facebook ! 

Laisser un commentaire