Fondation Vuitton – Palais d’art contemporain

Et si je vous disais que j’ai découvert un écrin majestueux qui abrite des merveilles ? Niché aux portes de la capitale, l’un des chef-d’oeuvres de Frank Gehry nous attend patiemment. Au détour d’une rue, on le découvre tel un joyaux sortant de terre. À travers ses courbes légères, il dévoile les secrets de la Fondation Louis Vuitton pour l’art contemporain, inaugurée en 2014. L’art nous tend les bras depuis son vaisseau. On y court volontiers.

Musée avec vue

Il me tardait de découvrir enfin l’oeuvre puissante mais douce de l’architecte bien connu du monde de l’art. Des quatre coins du monde, Gehry nous transporte dans un monde en suspend. Par une architecture pleine de finesse et de légèreté, mais qui sait se placer au coeur des attentions. Une architecture qui sait inscrire son originalité dans un ensemble. Une architecture, enfin, qui sait surprendre et émerveiller. Gehry a construit son identité architecturale, et rend ses constructions reconnaissables entre mille.

Implanté au coeur du Bois de Boulogne, dans le Jardin d’Acclimatation, cette construction flottante pourrait même définir la place de l’art contemporain dans nos cultures : donner à voir une autre forme, pleine de rondeur, tout en étant en harmonie avec une tradition. L’harmonie, c’est sûrement ça la clé des réalisations de Frank Gehry. Cette forme, imposante (je ne compte plus le nombre d’étages que nous avons gravi), donne certes de la hauteur, de la prestance à l’art qu’elle renferme, mais elle n’en est pas pour autant intimidante. Au contraire, elle attire, elle attise la curiosité du visiteur. Elle réconforte aussi, par ses courbes et ses ailes presque en suspend. Pour sûr, elle invite au voyage et à la rêverie.

En arpentant ses couloirs et en montant ses marches, on traverse des temps nouveaux. L’exposition présentée lors de ma venue n’y était pas pour rien, c’est une certitude. Mais au-delà des oeuvres contenues, l’architecture elle-même se rend visible, sous des angles bien différents. La légèreté de l’ensemble est confirmée par le bois, le blanc, la transparence et l’eau. À travers les fenêtres, on y voit les ailes du bâtiment qui s’élèvent pour nous indiquer la marche à suivre, vers le toit et ses terrasses. À chaque étage et chaque passage à l’extérieur, on y découvre un Paris encore inconnu. Des points de vue à couper le souffle sur la Défense, sur la verdure et sur les emblèmes de la ville, dont la Tour Effeil. L’émerveillement est à son comble.

« Art/Afrique, le nouvel atelier » à la Fondation Vuitton

C’était sans compter sur l’exposition présentée jusqu’au 4 septembre : « Art/Afrique, le nouvel atelier ». Je n’ai pas anticipé cette visite avec des recherches en amont. C’est donc un saut vers l’inconnu, un grand voyage dans l’art contemporain africain. L’exposition collective rapproche des créations fortes, qui se répondent et viennent créer une nouvelle histoire. On y trouve une poésie exaltante, mais aussi puissante, dure, mais loin d’être froide. L’expressivité des formes et les couleurs vibrantes ou contrastées des créations nous envoient un message de grandeur. À cela s’ajoute la multiplicité des médiums, qui nous invite à modifier notre perception des choses.

La Fondation Vuitton devient le lieu de l’expression d’une humeur qui oscille de la joie à la colère, parfois. C’est brillant. C’est inspirant. L’ensemble des artistes contribuant à cette exposition ont un message à faire passer, ou simplement une technicité unique à valoriser. Tout est clair, tout à un sens, tout est abordé de façon presque ludique. L’invitation au voyage ne se fait pas uniquement par la situation géographique : elle se fait surtout par un parcours de l’esprit.

Telle une découverte des grands espaces, l’exposition dupe le sens de la visite et le cérémonial qui s’y attache. L’ouverture est la clé dans ce voyage initiatique. Chacun y va de ses déambulations, de ses arrêts plus marqués sur cette installation, ou sur ce tableau. Le visiteur est libre d’être un explorateur, et il y trouvera des trésors qui lui sont propres. Du moins, il sera insidieusement guidé dans ses pas, d’étages en étages, mais il créera sa propre carte.


Bon à savoir

  • L’entrée pour la Fondation Vuitton va de 5 à 14€.
  • La Fondation Vuitton se trouve en plein coeur du Jardin d’Acclimatation (lui-même payant). Si vous souhaitez découvrir les deux, sachez que le ticket d’entrée pour la Fondation comprend une entrée pour le Jardin 😉
  • L’exposition « Art/Afrique, le nouvel atelier » est visible jusqu’au 4 septembre (Plus d’infos…)

À très vite !

Laisser un commentaire