Jeu de Paume – Idylles photographiques

On poursuit notre périple parisien à la recherche de nouveaux espaces d’art à explorer. Au pied de la Concorde, dans le Jardin des Tuileries, il y a un endroit particulièrement propice à la photographie. Hormis la vue sur un ensemble Tour Effeil, Concorde, Grand Palais et Arc de Triomphe (le décor est là), derrière vous se trouve le Musée du Jeu de Paume. Contrairement aux apparences, le Musée du Jeu de Paume n’est pas un musée de sport, ni un mémorial sur le Serment du Jeu de Paume. C’est bien un musée d’art, et pas des moindre, depuis 1909.

De l’art et des images

Le Musée du Jeu de Paume a une histoire riche, et parfois tumultueuse, avec l’art. Mais le sport n’est tout de même pas très loin. À sa création en 1862 sous Napoleon III, le Jeu de Paume est bien une salle dédiée à ce sport. Mais avec les années, le jeu de paume laisse place au tennis, et la salle est abandonnée. C’est en 1909 que l’art s’invite entre ses murs : le Jeu de Paume devient une galerie d’art. L’histoire artistique du lieu débute ici : tantôt galerie, puis entrepôt d’oeuvres d’art spoliées par les nazis, le lieu devient après la seconde Guerre Mondiale le Musée des Impressionnistes comme annexe du Louvre. C’est dans les années 1990 que l’art moderne y prend une pleine place, et le lieu devient Galerie Nationale. À partir de 2004, place aux images : photographie et cinéma contemporains sont à l’honneur. Les activités autour de la création contemporaine se multiplient.

Si l’on peut reprocher aux espaces d’art contemporain d’être des « White Cubes » (à savoir de grands espaces blancs, d’une neutralité outrancière, considérés bien souvent comme froids et sans âme, et créés dans le but de mettre en avant les oeuvres, et seulement les oeuvres), l’histoire des lieux, quant à elle, peut leur redonner vie. L’histoire du Jeu de Paume se poursuit quotidiennement, en valorisant des travaux d’artistes contemporains, qu’ils soient connus ou méconnus. Et c’est ce qui est attirant ici : que ce soit pour flâner dans ses couloirs et se laisser porter par la découverte artistique, ou pour profiter des activités annexes. Une chose est sûre, le Jeu de Paume donne le goût de l’art contemporain. Une proximité est créée avec les oeuvres, par la scénographie, mais aussi par la vulgarisation culturelle. Visite, concert, conférence, performance, sont autant de façon d’aborder les oeuvres exposées. Qu’on soit novice ou expert, on ne sera jamais laissé pour compte.

Le Jeu de Paume et ses expositions

Lors de notre visite, 3 expositions étaient présentées : Oscar Murillo, Ismaïl Bahri et Ed Van der Elsken. Trois artistes, et trois traitements de l’image bien différents. Tous les trois avec leur âme et leur spécificité. Mais parmi ces expositions, une s’est démarquée pour moi, celle d’Ed Van der Elksen. Ce Robert Doisneau néerlandais donne une vision de la vie quotidienne que l’on ne soupçonne pas. La vie nocturne des villes, la vie caché des rues ou des artistes. « La vie folle », entre Paris, Tokyo, Amsterdam et Hong-Kong. Bien que suspendus, ces moments restent mobiles. L’oeil du photographe donne vie, ou plutôt, maintient la vie de ces instants figés. Toutes ses photos semblent avoir été prises sur le vif, comme un film que l’on aurait mis sur pause. C’est beau à voir, émouvant, mais aussi déroutant. Des histoires que parfois nous n’aurions peut-être pas dû voir.

Le Jeu de Paume est un endroit que j’ai pris plaisir à découvrir, avec une proposition artistique qui lui est propre. J’ose m’avancer en disant que la prochaine visite que je ferai me laissera ce sentiment : « ce que je viens de voir ne peut être vu qu’ici ». Adepte de la photographie, je me suis laissée surprendre par ces trois artistes, avec un enthousiasme plus ou moins important, mais avec une réaction toujours présente.


Bon à savoir

  • Les expositions d’Oscar Murillo, Ismaïl Bahri et Ed Van der Elsken sont visibles jusqu’au 24 septembre
  • L’entrée est gratuite pour les moins de 25 ans le dernier mardi du mois ! 😉 (Toutes les infos)
  • Le musée est fermé le lundi. Accès Métro Concorde

À très vite !

Laisser un commentaire